Image

Wait and sea

Cel a fait quelques mois, plus d’un an même que ces jours sont attendus, celui d’un nouveau départ, d’une nouvelle aventure, à 2.

Après un mois de préparation du matériel, des vélos, de raclettes, de recherches de bateau, il est temps de partir pédaler sur les routes sud américaines. Pour des contraintes de temps, nous rejoignons les Canaries par les airs. Après 15 jours de recherches sur les empreintes carbone générées par un Ardèche-Canaries par bus-ferry ou par avion, l’avion l’emporte. Le tonnage de CO2 est favorable à l’avion car les ferrys sont particulièrement polluants. Pour l’anecdote:

Bus Ferry: plus de 500e pour 2, 5 jours de voyage et particulièrement fatiguant

Avions: 240e pour 2, vélos compris, 5h de vol, une nuit à l’aéroport sera supportable.

Avant de partir, nous avions créer des annonces sur différentes plateforme de cobaturage, quelques touchent mais rien de sérieux, et le transport de vélo sur un bateau où l’espace est précieux refroidit plus d’un capitaine. La veille du départ, je tombe sur une annonce vieille de 3 mois, un catamaran, un capitaine qui cherche deux personnes aventurières. Un message, un retour enjoué rapide suite à 2 désistements récents, et nous voila heureux. Nous n’aurons pas besoin d’arpenter les pontons et quémander une place à bord, d’autres n’ont pas cette chance.

Les affichent se bousculent au bar de la marina

Nous embarquons avec Stéphane, le capitaine qui ramène sa maison chez lui, sur l’île de Marie Galante. Cela ne vous viendrait pas à l’esprit d’acheter une maison flottante à 5000NM de chez vous et de ramener la dite maison bravant tempête méditerranéenne et les OFNI de l’atlantique, lui si. Certes ce n’est pas un bateau moderne, mais il est chargé d’histoire et de bonne volonté, un bateau de routard comme aime le rappeler son capitaine.

La chance nous a souri, puis Stéphane, qui savait que les velo rentreraient entier dans l’énorme avaloirs a vivre de son valeureux Tefiti, un bateau dessiné par Wharram, fabriqué de bois et de CP. Léo est déjà à bord, une jeune baroudeur angevins qui fait son bout de chemin. Le courant passe très bien.

Au troquet de la marina, nous voyons que nous n’appartenons pas à la même classe de marin. Un capitaine aventurier et 3 voyageurs novices sur un catamaran pour amateur d’histoires versus des yachts tous plus grands et mieux lustrés les uns que les autres. Il n’est pas rare de croiser des voiliers de plus de 60 pieds, l’un d’eux atteint la longueur vertigineuse de 80 pieds, avec un équipage de 13 matelots qualifiés.

L’avitaillement est fait, du frais pour les 10 premiers jours, et du sec pour les suivants dont le nombre reste encore indéterminé, peut être 10 de plus. 20 jours de voiles, naviguer de nuit, résister au temps et aux temps, espérer que les lignes traînées nous ramènent un déjeuner… Nous aurions pu prendre l’avion, 8h de vol, repas plateau, trop facile, et puis on a le temps.

Encore quelques coutures à finir sur les voiles et le vendredi 22 devrait être notre jour.

Avant de pouvoir vous conter ce que nous allons vivre, cette carte vous permettra au moins de savoir où l’on se situe.

LIEN VERS LA CARTE et POSITION DU TEFITI

A bientôt de l’autre coté.

M&MM