Galerie

Première semaine

5 jours, 360km, moyenne correcte… voilà pour le résumé statistique fourni par ipchos, financé par moléron.

La folie je vous l’affirme est d’avoir tant de magnificence et de puissance  naturelle à 3 encablures du domicile. Cet article ne va pas dans le sens du voyage au long court mais peu importe, cet article devrait je l’espère, vous donner l’envie et l’énergie pour enfourcher votre monture, équestre, cycliste, charentaise, peu importe. Sortez de chez vous, et respirez, humez, délectez, jouissez que diable. 

En partant de Nantes, on traverse la Vendée, ses villages aux beaux édifices pointant impoliment la grandeur des cieux. On y croise toutes sortes de ruminant qui parfois conduisent un C15. On attaque ensuite le marrais au dénivelé à faire pâlir une feuille blanche. Je chante, je danse, je joue du pouet pouet dans les champs… et c’est Marrans.

Maman reprend mon pantalon déjà passer 17 fois dans le cambouis. Nous attendons Christophe avant de partir sur le port pour un beau repas, encore des aurevoirs, vivement les retrouvailles que la joie éructe!

Les champs commencent à sentir l’iode, Rochefort est là. L’océan appelle, je décroche et m’endors. 

À la TV du camping il y a une fiction ou un jeune aux longues dents libérales fait rire une blonde à la verve nauséabonde, une fiction, je crois. 

La Charente Maritime, on connaît la Rochelle, l’île de ré mais le reste, parlons en! 

En suivant la Charente, 3 fanions se distinguent, des pirates!!!! Rochefort est trop dangereux, je rebrousse chemin. En route, on retrouve les jambes métalliques d’un cul de jatte d’acier, superbe. La route s’enfonce dans le vert puis traverse la belle citadelle de Brouage. Comme à son habitude, Forban (je crois que c’est son nom) y a laissé une imprenable forteresse après une semaine de vacances. C’est Marennes qui suit, quelle bourriche! L’occasion est trop belle je veux voir le nacré de ta beauté intérieure petite coquille! Oui toi là, vient ici! Oui toi, le blanc tout rond comme un ballon, vient accompagner bourriche! Mais non pas vous Monsieur…

Et puis il faut continuer, c’est le but de la chose. En arrivant sur Royan, je croise la route de Oeghan, américain irlandais français sympa décontracte. Nous chopons le ferry avec un timing digne de l’agent le plus célèbre du royaume du thé. Biere! Normal, on est sur un bateau. 

Nous poursuivons vers Soulac à la recherche d’un restaurant. Anecdote, on sortira trop tard du réseau pour trouver un camping, qu’a cela ne tienne, allumons nos frontales, et cherchons un spot.

Petite aparté sur spot, si vous trouver en français un mot aussi court et aussi synonyme de bonheur, je prends.

Bref, nuit à la belle étoile, superbe, on est bien, à la fraîche… vous connaissez la suite.

Le camarade du jour trace vers le médoc, une histoire aquatique je crois, bref.

Le décor est étonnement très différent, la piste (cyclable) file à travers la pinède, les oiseaux filent et me frôlent, personne. Les kilomètres filent, le vent souffle, l’échine se courbe pour augmenter le CX psychologique, ça marche! 

Cha m’a donné un harmonica avant de partir, je souffle dans les trous, parfois je vais du trou 4 au 7, c’est superbe. Le rythme est celui de ma respiration, lent, comme le temps, bon, comme le vent dans les esgourdes. 

Le ciel se noircit, l’orage gronde, il est temps de trouver un toit. Ce sera une auberge de jeunesse, à l’ancienne, remplie de surfer, de saisonniers, de voyageurs. Il y fait bon se marrer et les jambes se reposent dans des bains de bières, Lacanau Spirit.

4 réflexions au sujet de « Première semaine »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s